Action Stop The Killings 2018

Les mouvements sociaux et les activistes en Colombie, au Guatemala et aux Philippines sont l'objet d'une répression d'état constante, tout comme de larges parties de la population. Pour soutenir leur lutte pour la justice, et à l'occasion du 70ème anniversaire de la Déclaration des Droits de l'Homme, la plateforme Stop The Killings organise une action symbolique dans le but de mettre en lumière leur combat pour les droits humains. Une dizaine d'organisations (ONG, mouvements sociaux, syndicats) se sont unies pour exiger attention et justice pour les activistes dans le Sud, victimes de menaces, d'arrestations illégales et d'assassinats politiques. Elles veulent manifester ainsi leur solidarité avec les mouvements sociaux qui se battent pour leurs droits.
Menacés, arrêtés, assassinés
Aux Philippines, Marklen Maojo Maga lutte pour la protection et la promotion des droits des travailleurs. Il est membre de l'organisation Kilusang Mayo Uno, partenaire du syndicat belge CSC. Au sein du KMU, Maga était chargé d'organiser des syndicats dans les ports et les usines autour de Valenzuela et dans le centre de Luzon. Le régime du président Duterte, visant une guerre contre la drogue, est en fait dirigé contre les activistes des droits humains et les membres d'organisations progressistes. Le 22 février 2018, Maga a été arrêté sur base de fausses accusations et accusé de meurtre et de détention illégale d'armes. Actuellement, il est toujours emprisonné. 
En Colombie, Richard Monterrosa se bat pour les droits des ouvriers des grandes bananeraies. Ces ouvriers sont quotidiennement en contact avec des pesticides dangereux et, en raison de l'extrême pénibilité de leur travail, ils sont souvent victimes de fractures et de plaies ouvertes. En tant que leader du syndicat Sintracol, Monterrosa lutte pour une amélioration des conditions de travail. Sintracol est membre de la fédération de syndicats Fensuagro, partenaire de l'organisation de solidarité FOS et du syndicat FGTB. En Colombie aussi, la pression est forte sur les activistes des droits humains. Et c'est ainsi que Monterrosa a été victime d'une tentative de meurtre, le 18 octobre 2017. Depuis lors, il est sous la protection de l'état colombien, mais malgré cela, il a été à nouveau l'objet d'une tentative de meurtre en mars. 
Au Guatemala, Juana Ramírez Santiago travaillait comme sage-femme au sein de sa communauté. Cette femme Maya Ixil était un membre actif d'une organisation de défense des droits des femmes et de CODECA, une organisation de défense des droits des populations rurales. Cette année, 9 membres de CODECA ont déjà été assassinés. Ramirez a elle aussi payé son engagement de sa vie. Elle a été abattue le 21 septembre 2018. 
Action !
Nous vous donnons rendez-vous le lundi 10 décembre 2018 à 18h à la gare de Bruxelles Central. Au programme, il n’y aura pas seulement des spectacles de danse et de chant, mais également un témoignage d'Eleanor de Guzman, l'épouse de Marklen Maojo Maga, leader syndical philippin et l'un des visages de cette campagne.
Suivez-nous aussi sur notre page Facebook et via l'événement Facebook de Stop The Killings. Parlez à vos amis et familles de cette action et partagez avec eux l'événement et la lettre d'information !
Nous espérons pouvoir compter sur votre soutien, le 10 décembre !