Rencontres avec majorité fédérale: surprises et déconnexion

Ce lundi matin, quatre délégations de la CSC BHV sont allées à la rencontre des partis de la majorité gouvernementale fédérale. Ces rencontres ont livré quelques surprises :
  • La NVA est d’accord avec un impôt sur les revenus du capital mais refuse de mettre en place un cadastre des grandes fortunes. Or, comment peut-on taxer ce qu’on ne connait pas ?
  • Le MR reconnait que les mesures gouvernementales ont pour conséquence une plus grande précarité pour les travailleuses et veut y remédier
  • L’Open-VLD trouve, comme au début du 20ème siècle, qu’un contrat de travail doit être un accord entre deux adultes consentants. Qu’un adulte (l’employeur) soit plus à même d’imposer ses conditions au détriment du travailleur n’est pas un problème.
  • Le CD&V quant à lui n’est pas satisfait avec un certain nombre de mesures prises par le gouvernement…dont il fait lui-même partie.
Les rencontres ont également été l’occasion de constater une grande déconnexion des partis par rapport à la réalité des travailleurs. Nous sommes venus avec des témoignages et de nombreux exemples des secteurs du commerce, des soins de santé, de l’horeca, …   Comment se fait-il que des travailleurs et des travailleuses ne puissent pas travailler plein-temps en raison de la politique de flexibilité imposée par l’employeur? Comment se fait-il que certaines personnes doivent combiner deux jobs pour survivre et qu’il y a 600.000 chômeurs en Belgique ? Comment peut-on prétendre que diminuer les cotisations patronales créera de l’emploi alors que ces mêmes mesures n’en ont pas créé depuis 30 ans ? Pourquoi vouloir supprimer le Maribel social alors que c’est le seul exemple où des diminutions de cotisations patronales créent effectivement de l’emploi?

Les questions et témoignages des travailleurs ne trouvent que peu de réponses. Une des stratégies de plusieurs partis est de rejeter la faute sur leurs partenaires de la majorité. Mais qu’est-ce que les travailleurs et les travailleuses ont à gagner avec ce type de réponse ?

En conséquence, la CSC BHV invite tous les travailleurs et travailleuses porteurs de valeurs de solidarité, celles et ceux qui sont soucieux de l’avenir de nos enfants et de la planète à se porter candidat(e)s pour les élections sociales de mai 2016. Un enjeu concret pour les prochaines années est de porter haut les valeurs de solidarité, dans les entreprises et partout ailleurs pour réaliser le modèle de société auquel nous aspirons.

Fidèle à ses conceptions, la CSC prône une vraie concertation sociale tant que cette concertation est possible. Mais lorsqu'elle constate un dialogue de sourds, c’est à l’action qu’il faut passer.

La résistance continue.
---------------------
Contact : Chris Vanmol - 0475 64 03 87 (secrétaire fédéral) / Philippe Vansnick - 0473 21 11 83 (secrétaire fédéral adjoint)
Contact Presse : Nic GÖRTZ – 0479 28 88 18